Signature Patrice Vergriete Maire de Dunkerque et Président de la communauté urbaine

MAIRE DE DUNKERQUE - PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ URBAINE

Une colère sourde qui monte

15 juin 2018

Le choix du Brexit au Royaume-Uni et l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis surprennent la classe dirigeante française. Et pourtant… Le message est toujours le même et il sonne comme une évidence pour ceux qui vivent au quotidien la dure réalité des territoires industriels. Il y a dans nos pays occidentaux des hommes et des femmes qui subissent de plein fouet la compétition économique internationale et qui en ont marre d’être les victimes directes d’une rentabilité financière et d’une flexibilité toujours plus grandes.

Il est facile d’expliquer depuis un salon parisien que nos entreprises doivent gagner en compétitivité mais la réalité sur le terrain est que cette compétitivité se gagne essentiellement sur le dos des salariés. Les ouvriers de l’industrie n’en peuvent plus des plans de restructuration à répétition ! Les intérimaires et les sous-traitants n’en peuvent plus d’être les laissés pour compte de tous les plans sociaux ! Les employés n’en peuvent plus de toujours faire mieux avec moins ! Dans la guerre économique mondialisée, ils sont en première ligne, réduits au rôle de chair à canon et ils se révoltent dans les urnes. Ce qu’ils rejettent en bloc, ce ne sont ni les élites, ni les migrants, ni les partis politiques mais bel et bien leur condition de sacrifiés d’une mondialisation économique à deux vitesses. La peur du chômage et du déclassement, la perte de pouvoir d’achat, le sentiment que leur vie se dégrade chaque jour rythment leur quotidien. Et ils ne voient pas le bout du tunnel dans l’offre politique actuelle.

L’analyse des votes anglais et américains est sans appel : ce sont les anciennes régions ouvrières qui ont fait basculer ces élections. C’est donc en tant que maire d’un des plus grands territoires industriels français que j’en appelle aujourd’hui aux candidats à l’élection présidentielle : écoutez ces Français qui souffrent ! Entendez leur colère et leur révolte ! Et cessez de leur offrir comme seul horizon une souffrance plus grande encore ! Ils savent bien que les trente glorieuses sont terminées, mais ils n’acceptent plus d’être les seuls à porter le fardeau de la rigueur. Ils attendent de leurs dirigeants une nouvelle donne politique, économique et sociale.

Dîtes leur tout d’abord que vous vous battrez pour une Europe protectrice, défendant son modèle social et environnemental face au reste du monde, et non pour cette Europe perçue aujourd’hui comme le cheval de Troie du capitalisme sauvage. Il est urgent de rétablir les conditions d’un échange juste, car les industries qui survivent aujourd’hui dans le monde sont celles qui sont les moins respectueuses des Hommes et de l’environnement. L’Europe ne peut plus accepter un tel dumping social et environnemental, au moins sur son marché intérieur.

Réinventez la solidarité, en proposant un nouveau contrat social entre les gagnants et les perdants du progrès technologique et de la mondialisation. De nouveaux filets de sécurité doivent être mis en place, privilégiant une logique de solidarité active. L’agglomération dunkerquoise expérimente par exemple en ce moment un dispositif permettant au chômeur de longue durée de retrouver un travail utile à la société, financé par la solidarité locale. Cette démarche montre que l’on peut innover et redonner aux habitants le pouvoir d’être directement acteurs de la solidarité.

Défendez enfin les territoires industriels ! Coincés entre l’avènement des métropoles, qui concentrent les nouveaux emplois, et les revendications des territoires ruraux en matière de services publics, les gouvernements successifs ont oublié les villes industrielles petites et moyennes. Depuis vingt ans, ce sont elles qui ont été les principales victimes des baisses de dotations financières aux collectivités et les grandes absentes de toutes les politiques d’aménagement du territoire. Il faut aujourd’hui un plan Marshall pour ces bassins industriels, pour les accompagner dans la transition économique qu’ils vivent et pour donner à leurs populations délaissées un message positif quant à l’avenir.

Ces trois engagements constitueraient le début d’une écoute, la première étape d’une prise en considération de Français qui acceptent ce monde qui change mais souhaitent que ces évolutions soient synonymes de progrès pour tous.

 

Patrice VERGRIETE

                                                                                                                           Maire de Dunkerque
Président de la Communauté urbaine

Partagez :
id, odio elit. mattis vel, consectetur in efficitur.